Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 20:01

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 13:03


 

 

CRISE 2.0 IL Y A LE FEU A LA DEUTSCHE BANK QUI CHERCHE 11 MILLIARDS (ET SE VEND AU QUATAR)
du 19 au 23 mai 2014 : J'ai l'impression que tout recommence comme en février 2008 quand l'affaire Kerviel avait commencée. A l'époque la DB cherchait déjà 8 milliards pour sauver ses fesses de la faillite. Malgré toutes les planches à billets, le feu dans les bilans a repris, plus fort que jamais à l'image de ces tornades de flammes qu'on a vu en Californie la semaine passée... Nous sommes en 2014 et la banque cherche encore 11 milliards via une augmentation de capital qui ne dupe personne, sauf les économistes imbéciles qui veulent encore y croire.

Ecoutez bien: pour lever ces 11 milliards, la banque vous fait une ristourne de 30% sur l'action. Si vous achetez pour 1000 euros, vous ne paierez que 700 euros... Dingue... Cela vous montre à quel point les Allemands sont déséspérés !

En fait, deux banques brûlent en ce moment, la JP Morgan et la Deusche Bank. A elles deux, leur exposition en Credit Default Swaps sont pratiquement deux fois le PIB de la planète entière... Les entreprises licencient, les impayés pleuvent, et les CDS sont déclenchés sauf qu'à l'autre bout, il n'y a plus personne. Ce n'est pas 11 milliards qu'il faut à la DB mais 65 milliards pour sortir de l'impasse. A ce niveau, toute l'Europe doit être mise en esclavage (techniquement, les lois bancaires pour cela ont été votées) et taxée à 80% pour qu'il n'y ait pas de faillite.

Les politiques ont bien été achetés par les banquiers puisque non seulement rien n'a été réglé depuis février 2008, mais de plus tout a empiré et les risques de faillite remultipliées par 10 !

Au secours....

Pendant ce temps, les medias vous bassinent avec le crépitement des flashes du Festival des Crétins à la gloire du Faux-Prophète à Cannes. Toutes ces actrices qui montrent leurs robes sont bien plus intéressantes, évidemment, que la DB qui coule et veut se sauver...

Mon Dieu, je n'ose même pas imaginer comment tout cela va se terminer !!!! Mais Mr Barnier vous dit que tout a été réglé!!! Ben Voyons! Il va de soi que personne ne vous parlera de ce "léger" problème, une paille, rien de bien grave en fait dans l'océan de mensonges médiatique actuel. Allez, chers lecteurs, tout va bien, moi aussi, je vais faire dans la méthode Coué finalement... Lire ici Bloomberg, ici le Handelsblatt, ici le graphique de ZH que vous connaissez déjà sur l'exposition en CDS de la DB et ici le Telegraph de Londres.

Ps: j'en avais parlé il y a 3 ans, et ça y est, la DB a vendu sa participation dans le casino désastre de Las Vegas, le Cosmopilitan. La banque allemande y a perdu 4 milliards. C'est Blackstone qui a repris : - ) en rachetant pour 1,7 milliard de dollars.

PS2: notez bien que l'annonce de la DB a été faite dimanche afin que tous les journaux paraissant lundi en parlent et donnent de la pub de facto à cette vente... C'est pas comme les licenciements qui sont faits vendredi soir. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2014

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 08:48

Vu sur : http://mouvida.com/illuminisme-le-conseil-detat-de-la-zone-france-en-visite-officielle-a-la-cour-surpeme-disrael/

 

link

Illuminisme – Le Conseil d’Etat de la zone France en visite officielle à la cour surpême d’Israël

Encore une info oubliée par les médias alignés, et pourtant…

Tous les 2 ans, le Conseil d’Etat de la Zone France part en goguette et se transporte en Israël dans un lieu financé par… un puissant groupuscule privé, qui n’est autre que la famille ultra-milliardaire des Rotschild :

Le Conseil d’Etat français (sic), qui s’est illustré il y a quelques mois en rendant une décision de « cassation » prise quelques heures seulement après un jugement d’un Tribunal administratif dans l’affaire Dieudonné, suite à la saisine par le Ministre de l’Intérieur de l’époque, quand même, alors qu’il faut plusieurs années au simple justifiable pour obtenir un jugement, est en visite en ce moment même à la Cour Suprême d’Israël !!!

conseildetat-souspyramide-coursupremeisrael

Justice expéditive et à géométrie variable en zone France, ballade amicale sous la pyramide bleue de la Cour Suprême en ‘Israël, dans un décor truffé de symboles ésotériques et crypto-maçonniques… le programme est appétissant pour tout zélateur du mondialisme oligarchique.

Coïncidences… ou pas.

Mais si pour les gogos, les idiots utiles et les ignares en jupettes, il ne peut s’agir ici que de simples coïncidences, pour les initiés pro et anti-NWO il n’y as pas l’ombre d’un doute : les Illuminatis ne sont pas loin !!!

Et surtout pas loin de leur but final…

Attali rêvait tout haut (histoire de semer la graine dans les esprits endormis) que la Cour suprême d’Israël devint un jour la cour suprême d’un gouvernement mondial, bien protégé par une immense « barrière de sécurité » (digne des plus belles réalisations soviétiques à Berlin), et visiblement, au vu de ce genre de happenings aux symboles si particuliers, il n’est pas le seul à en rêver.

La reconstruction du Temple ne se fera pas sans la Cour Suprême : il n’y a aucun doute là-dessus pour qui s’intéresse de suffisamment près au Nouvel Ordre Mondial.

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 16:19

Vu sur : http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2014/04/la-vague-technologique.html#more

link

 

Lorsqu’on évoque la reconnaissance faciale ou la vidéo-surveillance, les réaction vont de la moue sceptique accompagnée d’une réflexion pragmatique (« Bien pratique quand tu te fais tirer ton iPhone »), à l’écarquillement oculaire angoissé du gars qui a vu « Minority Report ».
Dans tous les cas ou presque, l’interlocuteur a conscience qu’il existe un risque de dérive orwello-kafkaïen.
Mais à peine évoqué, le cauchemar est rapidement balayé par son côté science-fiction et la confiance placée dans les pouvoirs publics pour nous en protéger.

Certaines technologies babillant dans les labos ou déjà en service sont pourtant en train de paver la voie. En voici quelques exemples :




1 Un logiciel capable de reconnaître (tous) les visages
Grâce à des algorithmes plus fiables que l’œil humain

Cela n’échappera pas à ceux qui ont suivi les révélations d’Edward Snowden : les services secrets anglo-saxons sont très friands de toute information vous concernant, à commencer par votre visage. Le programme Optic Nerve en est la triste preuve.

Entre 2008 et 2010, les renseignements américains et britanniques ont intercepté les images provenant des webcams de près de deux millions d’utilisateurs de Yahoo Messenger – peu importe si certaines de ces communications étaient de nature sexuelle.

L’objectif est évident : créer le plus grand outil de traçage jamais inventé. Pour cela, les États-Unis (et tout gouvernement suivant leur trace) ont besoin de trois choses :
-un réseau de caméras étendu, avec un maillage le plus fin possible ;
-une base de données rassemblant l’empreinte faciale de chaque individu ;
-un logiciel capable d’analyser en temps réel les images et les lier avec les profils établis.

Work in progress
Le réseau de caméra est déjà en place et s’agrandit rapidement, justifié tantôt par la lutte contre le terrorisme, tantôt par l’insécurité croissante. La base de données se construit peu à peu, en croisant des informations publiques, en faisant jouer les obligations légales des réseaux sociaux envers le gouvernement, ou en leur arrachant illégalement (le programme Optic Nerve, par exemple).
Le défi principal restait de bâtir un algorithme suffisamment performant pour devenir le moteur efficace de cette machine de surveillance.
Le business de la peur dopant les labos, ceux-ci ont fait des avancées spectaculaires dans le domaine de la reconnaissance faciale. A titre d’exemple, l’entreprise Cognitec propose un logiciel de reconnaissance qu’elle affirme fiable à 98,75%, un taux qui a bondi de 20% en moins de dix ans.

2 Un trombinoscope planétaire
Signé les géants du Web

En 2012, Facebook rachetait Face.com, une start-up israélienne spécialisée dans les logiciels de reconnaissance faciale. Peu étonnant, venant d’un réseau qui est né d’un trombinoscope d’étudiants se notant entre eux sur la base de leur photo de profil, et décidant qui est « hot or not ».

L’entreprise était par la suite restée plutôt silencieuse sur ses progrès dans le domaine. Une discrétion qui a duré jusqu’en mars dernier, lorsque Facebook a révélé (discrètement là encore) son système de reconnaissance faciale baptisé DeepFace.
Vous êtes tagué là. Et là. Et Là...
Testé sur quatre millions de photos extraites d’un « réseau social populaire », le logiciel est capable, sinon de mettre un nom sur un visage, de comparer deux images entre elles et d’en déduire si la personne se trouve sur les deux.
Taux de réussite : 97,25%, soit à peu près aussi bon que ce que pourrait faire l’œil humain.

Bientôt une recherche par visage sur Google ?
Google n’est pas en reste : la firme de Mountain View a, elle aussi, racheté plusieurs start-up spécialisées dans la reconnaissance faciale.
La tentation est forte, étant donné la quantité d’empreintes faciales à sa disposition en croisant services de vidéos (Youtube), banque d’images (Google Images), réseau social (Google+) et tous les terminaux tournant sur Android.
On imagine aisément que Google ait envie d’agrémenter à son moteur de recherche par image une recherche par visage. Une chose est sûr : elle n’ignore pas cette technologie. Histoire de ne pas paraître trop flippante, elle a testé son système sur des vidéos et images de... « lol cats ».

3 Votre nom taggué sur votre visage en temps réel
Pour ceux qui portent des lunettes connectées

Début 2014, le pire cauchemar des gens discrets et le rêve de tout voyeur s’est incarné (un bref instant) dans une appli : NameTag.
Le concept : une appli sur Google Glass pour analyser en temps réel les visages en ligne de mire, et chercher l’identité des personnes captées dans une base de données croisée (profil public Facebook, Twitter, etc.).
L’horreur ? Les créateurs de l’app voulaient aller encore plus loin, en révélant non seulement l’identité, mais aussi toute information publique récoltée – profession, âge, numéro de téléphone, etc.
Et si vous aviez le malheur d’avoir un casier judiciaire, disons pour agression sexuelle, celui-ci s’afficherait également (si vous êtes américain). Célibataire ? Pour peu que la personne soit sur un réseau de rencontre qui a des paramètres de « matching », pourquoi ne pas l’afficher aussi ?
« Le but n’est pas d’envahir la vie privée de qui que ce soit, mais de connecter des gens qui veulent l’être », s’est défendu son créateur, Kevin Alan Tussy.

Si vous ne le voulez pas, par défaut, vous le serez quand même.

Google fait barrage, pour l’instant
Soufflez un bon coup, l’app ne devrait pas voir le jour immédiatement. Face à l’hystérie déclenchée par la start-up, Google a réagi prestement, en déclarant son hostilité à ce genre de projets. Avec quelques réserves :
« Comme Google l’a affirmé depuis plusieurs années, nous n’ajouterons pas de reconnaissance faciale à nos produits sans avoir prévu de fortes garanties de respect de la vie privée.
Avec cela à l’esprit, nous n’approuverons pas d’application de reconnaissance faciale pour le moment. »
Rassurant ? Pas vraiment. La décision de Google n’est manifestement pas arrêtée, et clairement sujette à interprétations ou assouplissement quant aux « garanties ».
Rien n’indique en outre, en cas de succès des lunettes connectées auprès du grand public, que NameTag se tourne vers des concurrents moins regardants.

4 Les « précriminels » (vous ?) tenus à l’œil
Quand les caméras trouvent votre comportement suspect

Si le monde décrit par Philip K. Dick dans le film « Minority Report » est encore loin, l’ambition d’anticiper un comportement criminel, elle, est à nos portes. On appelle cela l’analyse prédictive comportementale, déclinée dans sa dimension criminelle.
L’idée est simple : certaines attitudes (tics, postures, gestes brusques, agitation, etc.) pourraient former les schémas récurrents et identifiables qui précèdent toujours la réalisation d’un acte criminel. Les caméras pourraient capter ces comportements « suspects » dans les lieux publics et communiquer votre signalement aux forces de police.
Pour une fois, pas besoin d’aller dans les couloirs des start-up de la Silicon Valley ou de la NSA. En Europe, ce projet a un visage et un nom : INDECT acronyme anglais de « Système d’information intelligent soutenant l’observation, la recherche et la détection pour la sécurité des citoyens en milieu urbain ».
Le projet a été lancé en 2009 sous le regard bienveillant (et le financement) de l’Union Européenne. Le but ultime est supprimer toute supervision humaine et de lier directement un algorithme prédictif (dont l’œil est le réseau de caméras) aux forces de police.

« Précrime » : adieu la présomption d’innocence
Si ses artisans se déclarent respectueux de la vie privée et de la présomption d’innocence, le premier pavé est posé sur un chemin nettement moins séduisant : on est à deux doigts du « précrime », la condamnation pour un crime à venir. Difficile à avaler, et pourtant on voit mal quelle autre utilisation on pourrait faire de pareille technologie.
Dans une longue enquête sur les systèmes de « précrime » à Chicago où, comme dans d’autres villes américaines, des technologies prédictives sont déjà effectives, le site américain The Verge s’interrogeait sans ambages sur le racisme que pouvait induire cette logique.
En cause : des « heat listes », ou listes noires recensant des individus susceptibles de commettre des crimes, et bâties sur un large panel de critères. L’auteur de l’enquête soupçonne, lui, que des critères ethniques puissent entrer en ligne de compte. La même logique peut évidemment s’appliquer à la vidéo-surveillance comportementale...

5 Les rassemblements vus de haut grâce à des drones invisibles

Les drones ont souvent décroché la une des journaux lorsque leurs modèles militaires bombardaient le Pakistan, quand leurs modèles pour enfants ornaient les vitrines de Noël ou lorsque leur modèles commerciaux promettaient de nous livrer nos colis chez nous.
On évoque moins la surveillance civile.
Pourtant, de petits drones équipés de caméras sont déjà capables de filmer des foules en haute résolution. La recherche américaine avance très vite en la matière, et il n’est pas exclu que ces engins soient très prochainement liés à des bases de données pour identifier en temps réel les visages capturés.
Sans même parler de nos démocraties, on peut facilement imaginer ce que de telles technologies auraient donné si elles avaient existé pendant les révoltes populaires en Tunisie ou en Egypte.

6 Des panneaux publicitaires qui savent ce que vous voulez voir
A condition que vous posiez les yeux sur eux suffisamment longtemps

Autre convergence inquiétante et invasive : la reconnaissance faciale alliée à la publicité ciblée. Cela donne des panneaux publicitaires ciblés.
Si vous pensiez les pubs personnalisées limitées à votre activité en ligne, vous avez tout faux. Demain, les panneaux publicitaires du métro vous reconnaîtront instantanément et diffuseront une publicité sur mesure.
C’est ce que propose à terme Amscreen, société de communication qui possède 6 000 écrans publicitaires au Royaume-Uni. Grâce à une petite caméra, son logiciel OptimEyes analyse en temps réel les réactions faciales des individus face à une publicité.
A terme, le but est bien de proposer une publicité taillée sur mesure pour qui pose les yeux suffisamment longtemps sur le panneau. D’abord selon des critères évidents (sexe, habits, âge...), puis, pourquoi pas, selon l’identité réelle de la personne.

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 18:59

DE  :  http://comite-pour-une-nouvelle-resistance.over-blog.com/

link

 

Après les évènements tragiques et insupportables qui se sont passés à Odessa le vendredi 2 mai, le matraquage ignoble de nos élites continue en boucle pour nous désigner le responsable de ces exactions : Les russes. On voudrait comme en 1914 préparer l’opinion à une guerre mondiale pour sauver ce capitalisme du désastre à la dérive, que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Je crois qu’il nous faut se réapproprier cette maxime d’une grande sagesse : « Ceux qui oublient l’histoire sont condamnés à la revivre ».

 

En l’occurrence il convient de se rappeler les faits et de voir qui sont les personnes qui agissent au nom de l’état ukrainien.

1.       Des troubles ont été fomentés à Kiev sous la haute main des EU et de l’UE (John Mc Cain, Victoria Nuland, Catherine Ashton, BHL, les ministres des affaires étrangères allemands et polonais, etc…), suite au refus de l’Ukraine de ratifier l’accord de libre-échange avec l’UE. La révolution orange n’ayant pas abouti aux résultats escomptés, la phase suivante s’est mise en place. Elle consiste à s’appuyer sur les groupes nazis, violents et racistes d’Ukraine (Svoboda et Pravi Sektor) pour installer l’insurrection et favoriser le coup d’état du 21 février 2014. Les nazis du parti Svoboda sont au gouvernement à des postes clef, n’en déplaise à monsieur Fabius.

2.       Les populations de l’est de l’Ukraine n’acceptant pas ce coup de force ont manifesté leur désapprobation devant le nouveau pouvoir.

3.       Pour organiser la chasse aux anti Maïdan et éradiquer la contestation, le n° 1 de la CIA est venu prodiguer ses conseils au gouvernement ukrainien actuel. Il est vraisemblable que des conseillers militaires occidentaux et otanesques soient venus avec lui pour coordonner la répression.

4.       Les décisions qui ont été prises semblent relever d’une pensée malade qui veut semer la terreur et l’horreur. Les commandos des nazis de Pravi Sektor sont détachés officiellement dans ces régions pour mater la protestation. L’armée intervient contre son peuple et bombarde des villes où la contestation a pris forme. Des armées privées (ex-blackwatter) sont également engagées dans ces zones où somme toute, la guerre n’est pas là. Il semblerait que des agitateurs autorisés fassent tout pour envenimer la situation, installer le chaos et la guerre civile, et peut-être provoquer un conflit avec la Russie.

5.       L’Otan est prêt à cette éventualité. La France a réintégré le commandement de l’Otan en 2008, depuis nous devenons des supplétifs zélés de ces guerres impérialistes. Que font trois navires de guerre français dans la mer noire ? Pour cela l’argent coule à flot alors que l’on prévoit 50 milliards d’économies. Cherchez l’erreur ! Que font les avions de combat français dans les pays baltes ?

6.       Le point de culminant de l’horreur et de la duplicité des occidentaux est sans aucune hésitation le massacre de la population dans la maison des syndicats le vendredi 2 mai,  par les hordes sauvages de Pravi Sektor.  Des civils non armés ont été exterminés sans pitié dans cette tragédie. Ils ont été enfermés dans cet immeuble, puis ont péri dans l’incendie de celui-ci. Les section spéciales nazies ont même empêché les camions de pompier d’arriver sur les lieux à temps, afin de sauver des vies. Vous savez certainement tout cela, et nombre d’informations circulent sur le net pour vous faire une opinion sur ce crime contre l’humanité. Le site d’Olivier Berruyer réalise un travail important d’information depuis le début de l’affaire ukrainienne. Beaucoup d’autres sites et blog informent sur ces faits. Nous sommes nombreux à être horrifiés devant le manque de réactivité des autorités françaises et des média de grand public en général. Heureusement que certains journalistes sauvent l’honneur de la profession en déchirant le voile du silence sur cette ignominie. Jack Dion pour Marianne ici, Daniel Schneidermann, un article du Point et quelques autres.

 

Mais des questions restent pour moi sans réponses et je les soumets à votre sagacité. Pourquoi le gouvernement de la République française et son ministre des affaires étrangères, ne dénoncent-ils pas énergiquement les nazis de Pravy Sektor ?

 

Pourquoi ne demandent-ils pas que les milices soient désarmées sur le champ, afin que les Ukrainiens puissent aller voter dans la sérénité?

 

Pourquoi ne demandent-ils pas que le parti nazi Svoboda soir exclu du gouvernement provisoire issu du coup d'état du 21 février 2014 ? Ces sinistres personnages, membres du gouvernement soutenu par l'EU et l'UE ont pour emblème la rune du loup qui n'est rien d'autre qu'une croix gammée corrigée.

 

Ils sont les sinistres descendants des ukrainiens nazis de la division DDASS Reich de triste mémoire, qui avaient brulé la population d'Oradour sur Glanes en 1944.

 

Comment peut-on rester indifférent à tout cela?

 

Comment Laurent Fabius peut-il affirmer qu'à sa connaissance il n'y a aucun nazi dans le gouvernement en Ukraine aujourd'hui? Selon ses propos, tout au plus « … Ils sont un peu plus à droite...".

 

Cet alignement servile sur la politique étasunienne du chaos, me révolte et me fait vomir. J'ai honte d'être représenté par ces hommes politiques qui ont perdu toute dignité. J'ai mal à la France.

 

En 2003, les partis de gauche, les syndicats, les associations et d'autres encore, avaient organisé de grandes manifestations contre la guerre en Irak, c'était notre honneur de nation civilisée qui était ainsi sauvé. Pourquoi aujourd'hui ces mêmes organisations ne réagissent-elles pas? J'aimerai comprendre pourquoi.

 

Nous avons accepté et soutenu tacitement la politique otannienne du pire en Libye et en Syrie. Nous avons armé et formé des djihadistes sanguinaires, pourquoi n'avons-nous pas réagi? J'aimerai comprendre.

 

Pour compléter ce message, un article d’Olivier Berruyer du 7 mai 2014 sur l’Ukraine, et une action du PRCF.

 

I.        [ACTION] Chronique de la haine ordinaire : Caroline Fourest ou le délire des Russes qui arrachent les yeux  ici

Voici un exemple. Le billet de Caroline Fourest du 6 mai sur l’Ukraine (lien original) sur France Inter, dans son émission “Le Monde selon Caroline Fourest” – un monde à part en effet :

 

Une pétition est en préparation, ce pourrait être une réaction massive et franche face à ce déni de réalité.

Voici un commentaire suite à cet article qui résume bien à mon sens la dynamique actuelle des maîtres du monde qui veulent anéantir les nations et les souverainetés populaires. Naomi Klein décrit cela dans son livre « La stratégie du choc ». Il me semble urgent d’ouvrir les yeux.

« En fait on est doublement en pleine période de tests:
On teste la privation et la paupérisation des grecs pour trouver le point extrême de ce que l’on peut infliger aux peuples en évitant l’explosion…
On habitue les peuples aux discours de droite (ça c’est fait), d’extrême droite (en cours) et quelques pointes de pure propagande nauséabonde pour voir la réaction, et au vu de celle-ci, il semble que l’on va pouvoir aller encore plus loin, dans l’abandon de la démocratie et les transferts de souveraineté. »

 

 

II.  

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 11:44

Quand on critique le système sans y être autorisé, comme Mélenchon par exemple, les coups pleuvent....

Vu sur : http://www.cercledesvolontaires.fr/2014/05/06/1er-congres-europeen-de-la-dissidence-partie-2-communique-de-presse/

1er congrès européen de la dissidence – Partie 2 : communiqué de presse

 

Partie 1 : Dispositif policier

DSC00942Après avoir dispersé la foule à l’aide de deux autopompes, une brigade antiémeute et une brigade canine, quelques dizaines de personnes présentes au moment des faits ont réussi à se réunir dans un café à proximité de la salle où les attendaient quelques uns des invités du congrès.

Kemi Seba, Pierre Hillard, Hervé Ryssen, Laurent Louis, Marion Sigaut, Salim Laïbi, Joe Lecorbeau et Jacob Cohen – après avoir subi le même traitement par les forces de l’ordre – étaient déjà présents dans ce café afin de faire un court communiqué sur les événements de la journée. Seuls Salim Laïbi et Jacob Cohen ont pu parler avant de voir Pierre Hillard de faire couper la parole par la police qui demande aux gens de quitter les lieux. Le café a été totalement vidé (clients et employés) puis fermé, avec tout un dispositif policier devant.

Nous vous laissons donc regarder cette conférence de presse et de juger par vous-même de la teneur des propos, s’ils sont fascistes, racistes et incitent à la haine… ou pas.

Nous nous excusons de la qualité d’image et de son à cause du bruit et du manque de place dans ce petit café.

 

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 16:15

 vu sur : http://www.contre-info.com/la-campagne-mensongere-de-la-caf-contre-les-fraudes#

Pour la Caisse d’Allocations Familiales, le profil type d’un fraudeur aux allocs c’est Paul, Français blanc de 60 ans, cadre supérieur.

Une ignoble inversion des réalités !

 

Or, tout le monde sait bien d’où viennent ces fraudes massives :

Et, pour mémoire, cette video que Contre-info avait été le premier à répercuter sur le net :

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 12:34

 

NB : Cliquez sur le carré gris en bas à droite pour avoir les sous-titres

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 12:03
Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 13:58

 

Blackstone et Jacob Rothschild, bénéficiaires de la disparition de l’avion de Malaysia Airlines ?

Les recherches internationales de l’avion disparu MH 370 ont montré que Washington était en mesure de suivre l’appareil bien au-delà de ce qu’il prétendait jusqu’ici et qu’il a mis une semaine pour révéler ce qu’il savait. Elles ont aussi montré que la Chine n’avait pas de ports de ravitaillement pour déployer sa marine dans une zone aussi vaste. Mais au-delà du fait divers et de ce qu’il révèle des capacités stratégiques de chacun, force est de constater que cette énigmatique disparition fait des heureux : Blackstone et Jacob Rothschild.

| Mexico (Mexique) | 26 avril 2014
+
JPEG - 23 ko
Jacob Rothschild, président de RIT Capital Partners plc et administrateur de Blackstone. Président de l’Institute for Jewish Policy Research.

Dans l’ère géostratégique tripolaire du monde de l’après-Crimée entre les États-Unis, la Russie et la Chine, il est impératif de mettre en contraste la désinformation écrasante de l’Occident moyennant l’incontournable regard du portail multimédia russe Russia Today.

Comme cela arrive souvent dans des accidents mystérieux, la disparition inhabituelle de l’avion du vol MH 370 de Malaysia Airlines —dont l’explication ne satisfait personne, encore moins la plupart des Chinois touchés— a conduit à d’innombrables interprétations, certaines loufoques et d’autres dérangeantes.

Alors que fait rage la guerre des sanctions depuis les États-Unis et l’Union Européenne contre Vladimir Putin, Russia Today publiait de manière pressée quatre jours après que le vol MH 370 ait disparu, qu’un brevet de semi-conducteur a été approuvé par l’Office des brevets des États-Unis [1]. La guerre des brevets a-t-elle éclaté ?

JPEG - 36.6 ko

Selon Russia Today, le bénéficiaire du brevet de semi-conducteurs est Jacob Rothschild, de la dynastie controversée et ô combien légendaire des banquiers.

Le brevet était partagé entre les cinq titulaires avec 20 % pour chacun : la société Freescale Semiconductor dont le siège est situé à Austin (Texas), et les quatre autres natifs de la ville de Suzhou (Chine), des employés de la compagnie texane, qui se trouvaient à bord de l’avion manquant.

Selon le portail russe, si le titulaire du brevet décède, les autres titulaires se partageront à parts égales les dividendes du défunt, du moment que ce ne soit contesté dans son testament. Les quatre copropriétaires chinois du brevet étant disparus (et/ou morts), celui qui reste en vie va donc obtenir la totalité du brevet. C’est ce qui est arrivé au profit de la firme texane Freescale Semiconductor, qui appartient à la société contestée et invisible Blackstone, dont le propriétaire est le banquier britanico-israélien Jacob Rothschild [2].

Les inventeurs et déposants ont été les quatre Chinois disparus et le bénéficiaire n’est autre que Freescale Semiconductor. Quelle chance !

L’identité invisible de Blackstone, son interconnexion avec BlackRock et son partenariat avec Evercore Partnership qui sont, par coïncidence, derrière la privatisation de Pemex (la société des pétroles mexicains) ressort de manière inquiétante [3].

JPEG - 21.3 ko

Il apparait que Blackstone administre BlackRock, dirigé par l’israélo-étatsunien Larry Fink [4]. Au-delà de l’interconnectivité des hautes sphères entre Blackstone, BlackRock, Rothschild, George Soros, Banque Scotia, Evercore Partnership, Protego, avec Kissinger Associates et la polémique assurance AIG, dont le président est l’israélo-étatsunien Maurice Hank Greenberg, il faudrait scruter l’identité de l’entreprise de Freescale Semiconductor.

JPEG - 22.9 ko

Il est étrange que parmi les 239 passagers, 20 étaient des employés du Pentagone, en plus des 4 passagers qui avaient des passeports volés.

Par-dessus les spéculations inévitables, le fait pertinent réside dans la profession d’électronicien des 20 employés du Pentagone, tous très compétents dans l’art de la guerre électronique pour éviter les systèmes radar militaires [5].

Curieux : des 20 disparus salariés de Freescale Semiconductor, 12 sont originaires de Malaisie et huit de Chine.

Freescale Semiconductor se targue de ce que ses produits ont des applications dans les communications sur le champ de bataille ; avionique ; guidage de missiles ; guerre électronique et reconnaissance d’ami ou d’ennemi.

La société texane controversée a été l’une des premières sociétés de semi-conducteurs dans le monde. Elle a commencé comme une division de Motorola, dont elle s’est ensuite séparée pour être acquise en 2006 par Blackstone (des Rothschild), l’omnipotent Groupe Carlyle et TPG Capital.

Le Groupe Carlyle démontre le népotisme dynastique des Bush, de Frank Carlucci (ex-conseiller de Sécurité nationale et ancien secrétaire à la Défense), de l’ancien Premier ministre britannique John Major, et dont le représentant au Mexique est le controversé Luis Téllez Kuenzler, aujourd’hui en charge de la Bourse, où se sont produit plusieurs interruptions étranges de cotations [6].

TPG Capital est une puissante entreprise d’investissement basée à Fort Worth (Texas) que préside l’israélo-américain David Bonderman, lequel se dépasse en extravagances comme celle d’avoir versé 7 millions de dollars aux Rolling Stones pour célébrer leur 60e anniversaire en 2002.

Freescale Semiconductor se spécialise dans la guerre électronique et la technologie furtive (« cloak technology ») et utilise les stratégies axées sur le radar de contre-mesures électroniques (ECM) : 1) brouillage radar ; 2) modifications des objectifs et 3) changement électrique des propriétés de l’air.

Selon The Daily Beast, une attaque israélienne contre l’Iran irait plus loin que le bombardement par avion connu, et déploierait probablement une guerre électronique contre tout le système électrique du pays, sa connexion Internet, son réseau cellulaire et ses fréquences d’urgence pour les pompiers et les policiers.

The Daily Beast assure qu’Israël a mis au point une arme capable d’imiter le signal de la maintenance des téléphones cellulaires, qui stoppe efficacement les transmissions. Au cours de la dernière décennie, Israël a accumulé une vaste gamme d’armes de haute technologie d’une valeur de plusieurs millions de dollars qui lui permettrait de contrarier, aveugler, rendre sourd les défenses de Téhéran dans le cas d’un bombardement aérien [7].

Encore plus : il y a une nouvelle technologie furtive qui rend l’avion invisible au radar et le masque à l’œil humain, tandis que le camouflage de haute technologie peut créer des champs électromagnétiques, comme l’affirme military.com [8].

La Chine accuse les États-Unis d’une intensification d’attaque via Internet [9], tandis que Pékin et Washington accélèrent la course aux armements pour la dissimulation de la technologie de l’avion invisible.

JPEG - 14.5 ko
Lee Hamilton, le président du Wilson Center. Cet ancien parlementaire démocrate sauva la mise de Ronald Reagan lors du scandale Iran-Contras. En 2000, il participa à l’élaboration du concept colonial de « responsabilité de protéger ». Il co-présida la commission d’enquête présidentielle sur le 11-Septembre qui détourna l’attention du coup d’État vers les attentats. En 2006, il co-présida la Commission Baker-Hamilton qui décida de la pause militaire au Proche-Orient.

La puissante société britannique militaire BAE Systems —liée à la NSA, au secrétariat de Sécurité de la patrie, et au sinistre Wilson Center— exposée dans le puant scandale Al-Yamamah, possède un programme adaptable, qui vise à masquer les véhicules à moteur, et qui peut s’étendre aux bateaux et hélicoptères.

Doit-on voir derrière la boîte noire du vol est MH 370 le duo financier lugubre de Blackstone/BlackRock des Rothschild ?

Source
La Jornada (Mexique)

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article