Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 13:51

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 13:35

Pleins d'infos non relayées par les grands médias

A 4mn 10 : Une puce pour remplacer les seringues !!!!!   Un premier pas pour faire accepter la puce RFID sous la peau !

9mn 39 : L'Islande refise de payer les dettes des banques et traduit en justice son 1er ministre !!! Suivons leur exemple !!

 

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 11:12

linkLa Cour de cassation a donné raison à une ex-demandeuse d'emploi qui estimait qu'elle avait été mal conseillée, et estime que les brochures et formulaires ne peuvent suffire, selon RTL.

La décision va faire jurisprudence, et va contraindre Pôle emploi à revoir ses procédures. Dans cette décision du 8 février, citée par RTL, la Cour de cassation a en effet reconnu qu'un demandeur d'emploi suivi par Pôle emploi était en droit d'exiger des informations «complètes et efficaces».

L'affaire commence en 2005 lorsqu'une demandeuse d'emploi de Valenciennes (Nord) se voit recommander d'effectuer des démarches pour obtenir l'allocation d'aide au retour à l'emploi. Or, celle-ci s'aperçoit qu'elle aurait pu bénéficier d'une aide beaucoup plus avantageuse dont elle n'a pas été informée. La demandeuse d'emploi décide d'attaquer l'organisme en justice et obtient gain de cause en première instance, puis en appel. Pôle emploi est ainsi condamné à lui verser près de 15.000 euros. L'organisme décide alors de porter l'affaire en cassation. Mais pour la première fois les juges de la plus haute juridiction française vont reconnaître le principe d'un droit à l'information pour tout demandeur d'emploi, et l'inefficacité des prospectus et brochures qui ne peuvent suffire.

Cette décision pourrait avoir un double impact sur Pôle emploi. Selon l'avocate de la demandeuse d'emploi interrogée par RTL, outre la remise à plat des procédures sous peine de voir les plaintes des bénéficiaires se multiplier, Pôle emploi va devoir recevoir toutes les personnes de manière individuelle pour leur donner des «informations précises adaptées, appropriées, et c'est donc du cas par cas qui est imposé» par les juges. L'arrêt de la cour de cassation a un deuxième effet juridique. Désormais, en cas de litige, ce sera à Pôle emploi d'apporter la preuve qu'il a bien fourni les informations nécessaires. Or avec cette décision, les possibilités de recours sont très larges pour les demandeurs d'emploi, allant du défaut d'information à la mauvaise explication.

 

Vu sur : http://www.lefigaro.fr/emploi/2012/03/15/09005-20120315ARTFIG00404-pole-emploi-condamne-a-mieux-informer.php 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 12:40
Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 18:01

Le Réseau Voltaire vient de publier une photo particulièrement troublante et de révéler des éléments d’information particulièrement lourds de sens concernant le « journaliste » Paul Conroy envoyé en Syrie, et récemment exflitré de Homs dans une cacophonie médiatico-politicienne rarissime, dans une vaste opération ratée qui faisait intervenir des journalistes, des agents secrets et des émissaires de l’Etat français (et d’autres pays atlantistes), un ratage qui a par ricochet passablement égratigné l’entrée en candidature officielle de Nicolas Sarkozy à sa succession.

Voici reproduit en intégralité cet article (libre de droits) du Réseau Voltaire :

Conroy en compagnie amicale de terroristes d'Al Qaïda, agents de la CIAIllustration : Paul Conroy avec des terroristes d’Al Qaïda, agents de la CIA (selon le gouvernement Irlandais entre autres sources officielles) – Source : Réseau Voltaire

<< Le « journaliste » Paul Conroy, agent opérationnel du MI6

Présenté comme reporter photographe au Sunday Times, Paul Conroy, qui vient de s’échapper de l’Émirat islamique de Baba Amr, est un agent du MI6 britannique.

Sur cette photo, on le voit en Libye (en gilet pare-balles bleu) avec les dirigeants d’Al-Qaeda : à sa droite Mahdi al-Harati (en gilet pare-balles noir) et Abdelhakim Belhaj (en vareuse camouflée).

Mahdi al-Harati a épousé une Irlandaise et a vécu à Dublin. Paul Conroy est Irlandais du Nord, élevé à Liverpool.

Selon l’ancien Premier ministre José Maria Aznar, Mahdi al-Harati est toujours recherché en Espagne pour son implication dans les attentats de Madrid du 11 mars 2004.

En 2010, avec une barbe plus soignée et la couverture d’une ONG, Mahdi al-Harati était infiltré par le MI6 au sein de la « Flottille de la Liberté » qui tenta d’apporter de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mahdi al-Harati dirigeait la brigade d’Al-Qaeda qui assiégea l’hôtel Rixos de Tripoli, en août 2011. Selon Khamis Kadhafi, il était encadré par des instructeurs français. Selon une source militaire étrangère de très haut niveau, al-Harati avait reçu pour mission de l’OTAN de capturer les dirigeants libyens réfugiés dans une facilité secrète de l’hôtel, et d’assassiner dans l’hôtel l’ex-congressman et assistant de Martin Luther King, Walter Fauntroy. Il devait aussi éliminer les deux collaborateurs du Réseau Voltaire Thierry Meyssan et Mahdi Darius Nazemroaya qui résidaient à l’hôtel Radisson, où al-Harati installa son centre de torture. Cette décision avait été prise lors d’une réunion restreinte au commandement de l’OTAN à Naples quelques jours plus tôt. Le compte-rendu fait mention de la présence à cette réunion d’Alain Juppé. Interrogé à ce sujet, son secrétariat dément toute participation du ministre français des Affaires étrangères et indique qu’il était en vacances à cette date.

En octobre 2011, Mahdi al-Harati a mis en scène en Syrie, un village témoin situé dans la montagne à la frontière turque. Durant deux mois, il y a reçu des reporters occidentaux pour leur vanter la « révolution » syrienne. Le village est habité par une tribu qui était rémunérée pour jouer des manifestations et poser pour la presse. Al-Harati y a notamment reçu Paul Moreira de Canal Plus et Édith Bouvier du Figaro.

• Abdelhakim Belhaj est le bras droit d’Ayman al-Zawahiri, et l’actuel numéro 2 d’Al-Qaida. Bien qu’il soit officiellement toujours un des criminels les plus recherchés dans le monde, il a été promu par l’OTAN gouverneur militaire de Tripoli.

Abdelhakim Belhaj dispose d’un titre de résident au Qatar.

Abdelhakim Belhaj a effectué récemment plusieurs séjours en Turquie, où il a disposé d’un bureau sur la base de l’OTAN à Incirlik, et en Syrie où il a infiltré plusieurs groupes jusqu’à atteindre un total de 1 500 combattants. Selon Ayman al-Zawahiri, ses hommes ont notamment perpétré les attentats de Damas et d’Alep.

Son organisation, le Groupe islamique combattant en Libye, a fusionné avec Al-Qaeda mais figure toujours sur la liste des organisations terroristes du Département d’État US et du Département de l’Intérieur Britannique.

En s’associant à des terroristes reconnus, Conroy tombe sous le coup de la loi à la fois aux États-Unis et au Royaume-Unis pour soutien ou association à un groupe terroriste. Il encourt 15 ans de prison, sauf à faire valoir son immunité en excipant de sa qualité d’agent de Sa Majesté. >>

Notre avis

Ce sont des informations très étayées et potentiellement explosives, qui si elles se confirment (chacun et chacune est invité à googler les informations publiées pour les recouper avec les faits évoqués) montrent que la presse serait largement impliquée dans le complot mené en Syrie, ce qui ferait porter des accusations très graves sur la presse occidentale, déjà largement décrédibilisée dans les récents conflits passés.

Pire, cette double appartenance jetterait la suspicion sur l’ensemble des reporters de guerre et des journalistes dans les conflits armés, mettant en danger la vie de tout reporter devenu une possible cible engagée…

Mais comme toujours à chacun et chacune de se forger sa propre opinion !

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 17:46

Vu sur http://911nwo.info/ 

 

Alors que son parti soutiendrait et compterait  parmi ses relations l’intellectuel et compositeur controversé grec Mikis Theodorakis présenté par les milieux sionistes comme « notoirement anti-sémite« , alors qu’il a fait des déclarations particulièrement incendiaires sur le NPA qui aurait valu à toute autre personne une plainte de la Licra ou de SOS Racisme et un procès (Dieudonné et quelques autres furent attaqués pour bien moins que cela) pour antisémitisme, ou pour le moins pour incitation à la haine raciale, Jean Luc Mélenchon bénéficie d’un soutien particulièrement spectaculaire des grands médias alignés !

Adulé par les sondages officiels et les commentateurs

La plupart des sondeurs officiels et commentateurs politiques voient en lieu le meilleur débatteur depuis des lustre, et estiment que sa campagne est la meilleure de tous les candidats !

Comment expliquer que Jean Luc Mélenchon soit à ce point choyé par les élites néo-mondialistes et par les médias alignés ?

En fait, cette protection spéciale est facile à comprendre et concerne tous les agents envoyés en mission pour le compte de l’Empire :

Le Franc-Maçon Mélenchon est bien évidemment en service commandé par les élites depuis qu’il a quitté brutalement le Parti Socialiste après des décennies de bons et loyaux services !

Face à la montée de nouveaux candidats et partis de plus en plus revendicatifs sur les thématiques néo-mondialistes, et face à la baisse des anciens partis placés officiellement à la « gauche de la gôche », il fallait monter une opération visant à la fois à occuper le terrain pour éviter que des partis incontrôlés ne se développent sur cette frange « gauche » de l’électorat, tout en s’assurant que les valeurs principales et les discours actuels seraient validés par le Nouveau porteur de lumière, et à ramener tout ce petit monde manipulé vers le candidat naturel des élites, Flambi, au second tour !

Neutraliser les partis trop en marge du système en les affaiblissant et en les vidant de possibles électeurs, tout en rapportant le magot à l’UMPS et aux élites du Système, telle est l’enjeu de sont aventure politicienne !

C’est ainsi que Jean Luc Mélenchon a été envoyé en service commandé, pour éviter qu’une brèche anti-NWO ne s’ouvre à gauche dans l’échiquier politicien, en faisant semblant de s’opposer au Système, alors qu’en Vérité il en partage à peu près tous les piliers actuels, à commencer le néo-bellicisme et le soutien aveugle à toutes les guerres impérialistes actuelles !

Sous oublier son islamophobie anti-syrienne et anti-Iranienne, mâtinée de soutien inconditionnel à l’Etat hébreu « face à la menace de pays théocratiques » (comme l’Etat juif n’était pas lui-même un état théocratique !)…

Liberté d’action et protection spéciale, comme pour tout agent double

Pour être crédible auprès des masses incultes, il est important que Mélenchon dispose d’une « carte » spéciale, d’une protection spéciale accordée depuis le sommet de la pyramide illuminatie, afin qu’il puisse tromper les gogos et les ramener dans le giron des élites pro-NWO !

Et ainsi, comme pour tout agent infiltré, la boucle est bouclé et le travail parachevé !

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 14:28

ISDA, LA FED ET LA BCE CONTINUENT LA GRANDE MEGA-ARNAQUE PLANETAIRE
du 5 au 8 mars 2012 : 1) Fabuleux, l'ISDA (l'organisme qui décide quand un Credit Default Swap doit être permuté sur un "événement de crédit", pudiquement "impayé", voir le livre Blythe M. pour l'historique) a décidé jeudi dernier que pour le moment, ceux qui ont payé des assurances CDS sur les bons du trésor grecs ne pourront pas permuter avec celui qui a décidé d'être en contre-partie.... "ISDA announced this morning that a credit event had not yet occured to trigger payouts on 3.25 billion dollars in Greek credit default swaps". Traduisez: les blaireaux qui vont se taper pour 3 milliards de dollars d'impayés n'auront que leurs yeux pour pleurer... Bonjour l'ISDA. La permutation d'impayé ne fonctionne que quand ça arrange l'ISDA, entendez les grandes banques puisque ce sont leurs grands cadres qui y siégent. Ha ha ha.... Excellent... Le cours de la Vaseline est en hausse de 666% à Wall Street...

2) Fabuleux 2: la BCE a endetté les banques européennes (dont la BNP) de 530 milliards d'euros de plus, sinon elles faisaient faillite... Notez au passage que cela ne fait que le 20e méga-prêt aux banques depuis que Mme Lagarde avait déclaré dans Le Parisien que la crise était terminée. Manifestement pas pour la BNP, ni la SG, le CA, la Banque Postale, etc. qui n'ont quasiement plus d'oxygène... A ce rythme les BANQUES FRANCAISES SONT DEJA EN SURENDETTEMENT !!! Mais, présidentielles oblige, il ne faut pas mettre de problèmes sur les chemins de Sarkozy et Hollande. Ce sera pour l'après élection..."Banks borrowed 529.5 billion euros compared to 489 billion euros in December, when the ECB unleashed the first salvo of three-year loans. That was a little above expectations. Most analysts expected demand to be about the same as in December, but estimates ranged as low as 300 billion euros and as high as 1 trillion euros. The ECB said that 800 banks took out loans, compared to 523 banks in December", lire ici Jack Ewing dans le NY Times.

3) La FED n'a pas réussi à maintenir le Dow Jones (indice plus truqué qu'une voiture volée par les bandes de Nanterre) au-dessus des 13.000 points. L'arnaque se trouve dans le fait que le volume des échanges est inférieur de 50% de ce qui se faisait en 2007... Vous imaginez... Cela revient à dire par exemple avec l'indice "Trotinette" que la France a battu le record de ventes de voitures en février alors que PSA, Renault, etc., ont vu leur ventes s'écrouler de presque 30%... L'indice Dow Jones doit être le même que l'indice des prix de l'INSEE, pas de doute, l'indice du niveau du mensonge.

Tromperie, mensonges, statistiques truquées (chômage, prix, crimes, etc.), nous vivons dans le siècle du Mensonge Généralisé des gouvernements. Et François Hollande en a même remis une couche, il est allé à Londres à la City pour les rassurer personnellement qu'il ne surchargera pas les banques de régulations, répondant à la demande qu'avait faite Jamie Dimon à Nicolas Sarkozy à Davos en 2011. Incroyable, vraiment... TOUTE L'EUROPE est endettée un peu plus chaque semaine, la Grèce attachée à la grille du parlement européen, mais Hollande, lui, va faire des gâteries aux banquiers anglais. Surréaliste. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 18:50
Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 18:31

http://www.voltairenet.org/Pour-la-liberation-de-nos   link

 

Plusieurs journalistes sont retenus dans la zone close de Baba Amr. Selon les dirigeants atlantistes, ils sont empêchés d’en sortir par l’armée syrienne qui pilonnerait le bastion rebelle. Présent sur place et témoin privilégié des négociations, Thierry Meyssan rend compte de la réalité : les journalistes sont prisonniers de l’Armée « syrienne » libre qui les utilise comme boucliers humains. Le Croissant Rouge syrien a été empêché par les rebelles de les évacuer.

 

Selon des agences de presse occidentales citant l’Armée « syrienne » libre, ils ont été victimes du pilonnage du quartier par les forces de Damas. Cependant, l’Armée nationale n’a fait usage de lanceurs de roquettes multiples que pendant une très courte période pour détruire des postes de tir, et à aucun moment après le 13 février. En outre, si la ville était pilonnée depuis 21 jours, comme l’indiquent les agences de presse, il y a longtemps qu’elle ne serait plus qu’un tas de ruine sans âme qui vive.

Au moins trois autres journalistes sont encore présents dans la zone rebelle : Édith Bouvier (Le Figaro Magazine), William Daniels et Paul Conroy (Sunday Times), ainsi probablement que Javier Espinosa (El Mundo).

Dans une vidéo postée sur Internet, Édith Bouvier, qui est blessée à la jambe, et William Daniels appellent à un cessez-le-feu et à leur évacuation vers un hôpital au Liban. Immédiatement, une intense campagne de communication a été organisée en leur faveur, incluant la création de plusieurs groupes Facebook et de tonitruantes déclarations d’Alain Juppé.

Il n’y a plus de couverture GSM ou G3 à Homs, et les lignes téléphoniques filaires de la zone rebelle sont coupées.

Il n’échappera à personne que si les journalistes ont pu uploader une vidéo pour appeler au secours, c’est qu’ils ont bénéficié d’une liaison satellite. Et s’ils n’ont pas pu téléphoner à leurs proches, à leurs employeurs et à leurs ambassades, c’est que ceux qui détiennent cette liaison satellite le leur ont refusé. Ils ne sont donc pas libres de leurs mouvements, mais détenus prisonniers.

Pour comprendre cette séquestration, il convient de la replacer dans son contexte.

La situation militaire

Les généraux syriens ont considéré la bataille de Homs gagnée dès le 13 février et ont rendu compte au président Bachar el-Assad qu’elle était terminée, jeudi 23 février à 19h.

La victoire n’a pas le même sens pour les civils et les militaires. Les premiers rêvent d’un retour à une vie paisible. Les seconds la proclament à la manière dont un chirurgien annonce qu’il a réussi une opération. Il n’en reste pas moins que le blessé est encore astreint à des mois de soins et à des années de rééducation. Concrètement, la fin de la bataille signifie pour eux que les rebelles sont isolés dans une zone entièrement ceinturée et ne représentent plus de danger pour le pays.

Les principales artères de la ville sont rouvertes à la circulation, mais elles sont hérissées de chicanes sur des kilomètres. Les voitures ne peuvent qu’avancer au pas en zigzaguant. La ville, vidée de la grande majorité de ses habitants, reste une ville fantôme.

La bataille de Homs s’est déroulée en trois temps :
- Les premiers jours, les troupes syriennes ont été empêchées d’entrer dans les quartiers rebelles par des tirs de missiles antichars, notamment des missiles Milan.
- Puis, les troupes syriennes ont bombardé les postes de tir anti-chars, au prix d’importantes pertes collatérales parmi leurs concitoyens, tandis que les rebelles se sont repliés dans une zone unique qu’ils se sont appropriée.
- Enfin, les troupes ont ceinturé le bastion rebelle, sont entrées à l’intérieur et ont commencé à libérer chaque rue, une à une. Pour éviter d’être pris à revers, l’armée syrienne avance en ligne, ce qui ralentit sa progression.

La zone encerclée était jadis habitée par 40 000 personnes. Elle abrite aujourd’hui un nombre indéterminé de civils, surtout des vieillards qui n’ont pas pu fuir à temps, et environ 2 000 combattants de l’Armé « syrienne » libre. Derrière ce label, on trouve des groupes rivaux répartis en deux tendances principales : d’un côté les takfiristes, qui considèrent non seulement que la démocratie est incompatible avec l’islam, mais que les alaouites (dont Bachar el-Assad) sont des hérétiques et qu’ils doivent être privés de toute responsabilité politique en terre musulmane ; de l’autre côté des repris de justice qui avaient été recrutés pour renforcer la dite Armée « syrienne » libre. Ces gangs, n’étant plus payés, ont repris leur autonomie et n’ont pas la même logique que les takfiristes. La plupart des combattants étrangers ont quitté Homs avant le bouclage du bastion. ils se regroupent actuellement dans le Nord du pays, dans le district de Idlib.

L’ensemble des rebelles de Baba Amr dispose d’un stock considérable d’armes et de munitions, mais dans la situation actuelle, ils ne sont plus réapprovisionnés et finiront un jour ou l’autre par devoir se rendre –sauf, intervention militaire étrangère–. Leurs arsenaux incluent des fusils Dragunov-snipers à vision nocturne aussi bien que des mortiers de 80 et 120 mm et quantités d’explosifs. Ils ont aménagé des entrepôts dans des sous-sols et ont parfois constitué des caches d’armes dans des égouts. Contrairement à ce qui a été dit, ceux-ci sont des boyaux trop étroits pour leur permettre de circuler. De même, les tunnels qui ont été creusés à l’époque où ils disposaient de la protection de l’ex-gouverneur de Homs, ne sont plus ventilés et ne peuvent donc plus être utilisés. L’ex-gouverneur, quant à lui, s’est réfugié depuis longtemps au Qatar où il jouit paisiblement du salaire de sa trahison.

La population a soutenu un moment les rebelles, mais leur sert aujourd’hui de bouclier humain. Les civils qui veulent fuir sont abattus par des francs-tireurs. Ils n’ont aucun moyen de se révolter, d’autant que la plupart sont âgés.

On peut penser qu’à moyen terme, la division de l’Armée « syrienne » libre, l’absence de soutien populaire, et la perte d’espoir en des renforts internationaux conduira une partie des rebelles à se rendre. Cependant, les takfiristes pourraient décider de se battre jusqu’à la mort.

Pour le moment, les rebelles empêchent les civils de fuir leur zone et dynamitent les maisons vides, au rythme d’environ une dizaine par jour. En outre des commandos, situés hors de la zone bouclée, harcèlent les campements de l’armée régulière pour la désorganiser et desserrer l’étau. Ils recourent pour cela principalement à des voitures piégées, ce qui est rendu possible par la réouverture des rues, et explique le maintien des chicanes.

Baba Amr n’est pas pilonnée. Les seuls bombardements qui subsistent sont des tirs de mortiers des rebelles contre l’armée nationale.

La situation des journalistes

Les journalistes présents dans le quartier rebelle sont regroupés dans un même appartement, qualifié de « centre de presse », dont la localisation précise est inconnue.

Ils sont entrés illégalement en Syrie, alors qu’ils auraient pu solliciter et auraient tous obtenu un visa de presse, à l’exception de ceux qui ont la nationalité israélienne du fait de l’état de guerre entre les deux pays.

Leur transport à Homs a été organisé par une filière unique, soit depuis le Nord du Liban, soit depuis le Sud de la Turquie. Cette filière joue le rôle d’Office de relations publiques de l’Armée « syrienne » libre. C’est elle qui les a mis en contact avec les personnes qui les hébergent, et dont l’identité est imprécise.

Vendredi 24, la Croix-Rouge internationale et le Croissant-Rouge syrien ont négocié avec l’Armée « syrienne » libre par l’intermédiaire du poste du Croissant-Rouge qui fonctionne à l’intérieur de la zone bouclée. Ils ont obtenu l’autorisation de pénétrer dans la zone avec des ambulances pour rapatrier les corps des deux journalistes morts, et pour évacuer les journalistes restants qu’ils soient blessés ou sains. Cependant, au dernier moment, les journalistes ont refusé de partir, craignant d’être victimes d’un piège tendu par les autorités de Damas. Ils ont en effet été convaincus par un de leurs collègues français qui a quitté les lieux avant le bouclage que le gouvernement syrien mettrait tout en œuvre pour les éliminer. En outre, n’ayant accès qu’aux chaînes de télévision satellitaires de l’OTAN et du CCG, ils sont persuadés que les combats dont ils sont victimes ne se limitent pas à leur quartier, mais s’étendent à toute la Syrie.

Au moment de partir, les ambulances étant vides, le Croissant-Rouge syrien a été autorisé à évacuer vingt-sept civils, malades ou blessés, qui ont été transportés à hôpital al-Amine de Homs (dans la partie libérée de la ville). Le bureau londonien des Frères musulmans, connu sous l’appellation Observatoire syrien des Droits de l’homme, selon lequel les hôpitaux sont devenus des centres de torture, a fait courir la rumeur que plusieurs de ces blessés avaient été arrêtés ultérieurement par la police syrienne. Après enquête, le Croissant-Rouge a indiqué que ces imputations sont absolument fausses.

Samedi 25, la Croix-Rouge internationale et le Croissant-Rouge syrien ont demandé à l’Armée « syrienne » libre l’autorisation de rentrer à nouveau dans la zone. Présent sur place, je me suis mis à disposition des autorités pour faciliter l’extraction de mes compatriotes et de mes confrères. Les négociations ont duré plus de quatre heures. Plusieurs États, dont la France, ont été tenus informés du déroulement des événements.

Après divers rebondissements, les officiers de l’Armée « syrienne » libre ont reçu par liaison satellite l’instruction de refuser. Leurs communications cryptées avec leur hiérarchie aboutissaient à Beyrouth ou étaient relayées via Beyrouth. De facto, les journalistes sont utilisés comme des boucliers humains encore plus efficace que la population civile, les rebelles craignant un assaut final des forces syriennes.

Par conséquent, les journalistes sont désormais les prisonniers des commanditaires de l’Armée « syrienne » libre, ceux-là même que les « Amis » de la Syrie, réunis en conférence à Tunis, ont appelé à soutenir, à financer et à armer.

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 13:01

L'INFORMATION MAJEURE DE LA SEMAINE: SWIFT DEVIENT UNE ARME DE GUERRE !
du 20 au 24 février 2012 : LA BANQUE-FINANCE EST OFFICIELLEMENT DEVENUE UNE ARME DE GUERRE DEPUIS VENDREDI... La Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, SWIFT (l'organisme qui gère les virements interbancaires dans 210 pays avec 550 millions de virements par mois, ici wiki) a pondu un communiqué (lien) et l'a donné à la presse en toute discrétion en fin de journée de vendredi 17 février afin que cela passe totalement inaperçu (le jour des départs en vacances à 16 heures :-). Et Swift déclare qu'il va effacer l'Iran de ses circuits informatiques indispensables aux "voyages" monétaires. Un virement fait de Londres et qui arrive sur votre compte à Paris a emprunté les circuits de Swift. Cela veut dire quoi?

Si vous êtes interdit de chéquier, vous n'êtes pas pour autant exclu du circuit financier puisque vous pouvez recevoir et émettre des virements et par conséquent retirer l'argent de votre compte. En revanche, si votre banque par exemple est exclue de Swift, eh bien vous ne pouvez même plus recevoir un virement. Pour l'Iran, c'est la mort par exclusion des circuits informatiques financiers. Et c'est une vraie première. En effet, même pendant les deux Guerres Mondiales, la Suisse avait servi de point central aux banques... et aucun des pays en guerre n'a été exclu du circuit financier, pas même l'Allemagne.

Reuters: "Swift said it was ready to block Iranian banks from using its network to transfer money. Expelling Iranian banks from the Swift would shut down Tehran's main avenue to doing business with the rest of the world". Swift a pris cette décision à la demande des US et de l'UE... Donc attention, là vous allez voir des choses extraordinaires se passer en Iran qui ne pourra plus commercer comme avant. Cela équivaut à une mort lente de la population. Ajoutez à cela que l'Iran ne pourra plus vendre son pétrole aux pays de l'UE, et vous obtenez une situation de mise à mort d'un pays, qui n'aura que solutions: se coucher ou faire la guerre... Et vous le savez, c'est exactement ce que veulent les Américains. Lire l'info passée inaperçue... ici Swift et ici Reuters. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2012

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article