Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 12:21

vu sur :http://www.liberation.fr/monde/2014/10/28/le-traite-transatlantique-n-est-pas-qu-une-affaire-de-clignotants_1130641?xtor=rss-450   link


TRIBUNE

Afin de désamorcer les craintes, les gouvernements et les fédérations d’entreprises assurent que le TAFTA n’aura aucune influence sur les normes environnementales ou alimentaires, ni sur la protection ou l’information du consommateur. C’est doublement critiquable.

Le but du TAFTA (Transatlantic Free Trade Agreement) est avant tout de gommer les hiatus entre les normes appliquées aux produits de part et d’autre de l’Atlantique. Hélas, ces barrières non tarifaires concernent non seulement les normes purement techniques, comme l’introduction d’une couleur unique pour les clignotants de voiture ; mais aussi l’homologation des produits chimiques, l’étiquetage des produits alimentaires ou encore les conditions de travail, différentes en Europe et aux Etats-Unis. C’est là que le bât blesse : la suppression des obstacles commerciaux risque de vider de leur substance les législations européennes sur l’environnement et la protection du consommateur.

Il ne s’agit pas de s’opposer au libre-échange, dès lors qu’il est équitable. Mais s’il permet de rogner sur les droits du citoyen, alors il est normal que la résistance s’organise.

Afin de désamorcer les craintes, les gouvernements et les fédérations d’entreprises assurent que le TAFTA n’aura aucune influence sur les normes environnementales ou alimentaires, ni sur la protection ou l’information du consommateur. C’est doublement critiquable.

Premièrement, l’abaissement des normes transparaît déjà dans le mandat de négociation de la Commission européenne. Le «principe de précaution» selon lequel le doute scientifique fondé suffit à faire interdire une substance chimique présumée dangereuse, sans attendre la preuve scientifique définitive, s’en trouve écorné. En ancrant le principe de précaution dans le règlement REACH sur les produits chimiques, l’Union européenne a fait œuvre de pionnière. Aux Etats-Unis en revanche, le principe économique l’emporte : on attend parfois jusqu’à un décès dû au produit supposé dangereux pour l’interdire. Or le TAFTA prévoit l’harmonisation des normes par reconnaissance mutuelle. On risque dans ce cas d’aboutir à des compromis a minima.

Deuxièmement, le maintien des normes européennes, le cas échéant, serait non pas un succès, mais une déclaration de faillite. Car certaines pratiques scandaleuses resteraient figées : les conditions de vie des animaux dans les élevages, la pollution de l’eau par les engrais, ou encore le manque de transparence dans l’étiquetage des produits génétiquement modifiés – pour ne citer que quelques exemples. Avec le TAFTA tel qu’il se dessine, ces abus sont appelés à perdurer et resteront gravés dans le marbre du droit international pour des décennies.

L’objectif du TAFTA est d’abaisser les coûts pour les grands groupes internationaux. Pour y parvenir, les entreprises pourront se retourner contre l’Etat afin d’empêcher l’introduction de règles qui menacent leurs profits, même si elles sont d’intérêt général. D’autre part le TAFTA intègre la «coopération régulatoire», un mécanisme pour harmoniser en amont les législations proposées par les Etats signataires, avec la participation active d’influents lobbies. Le TAFTA viendra alors conforter une politique qui nuit aux citoyens et aux consommateurs.

L’enjeu du traité transatlantique n’est donc pas seulement la couleur des clignotants. Il s’agit en réalité de supprimer les obstacles commerciaux gênants pour les grandes entreprises et de porter atteinte aux droits du consommateur.

Thilo BODE fondateur et président de foodwatch, association européenne de défense des consommateurs
Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 11:38

Vu sur : http://www.panamza.com/181014-richard-gage-911 

link

Le 11-Septembre remis en question devant des millions de téléspectateurs

Coup d'éclat. Une grande chaîne de télévision américaine a diffusé un entretien explosif à propos des attentats du 11-Septembre. Découvrez sur Panamza l'intégralité de la vidéo sous-titrée.

Le 18.10.2014 à 19h53

Imaginez une longue interview -rigoureuse dans le fond et mesurée sur la forme- au sujet d'une éminente controverse politique. Pas de petite phrase, aucune forme de raccourci expéditif, pas la moindre trace de condescendance de la part de l'interviewer. Et transposez la scène dans le paysage audiovisuel français.

Une projection difficile? 

Au regard du tabou que constitue le 11-Septembre dans les médias traditionnels de l'Hexagone, il faudrait effectivement faire preuve d'une grande souplesse mentale pour envisager la reproduction locale d'une telle scène.

Celle-ci s'est réellement produite. Le vendredi 1er août, sur la chaîne américaine C-Span, un moment édifiant de télévision s'est déroulé.

Relativement équivalente au duo LCP-Public Sénat et forte d'un accès à plus de 100 millions de foyers américains, la chaîne a convié une personnalité singulière: Richard Gage, président et fondateur de l'association dénommée "Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11-Septembre".

Porte-parole de plus de 2200 professionnels, l'homme a bénéficié d'un temps long (40 minutes) et d'un interlocuteur pointilleux mais respectueux (le journaliste-producteur Peter Slen) pour étayer la thèse scientifique de son groupe, contraire à la version officielle défendue par l'Adminisitration Bush : les trois tours du World Trade Center ont subi une démolition contrôlée le 11 septembre 2001.

Atout ou faiblesse -selon le point de vue- de l'association de Richard Gage: ne jamais discuter des véritables responsables du 11-Septembre (un sujet délicat qu'il revient uniquement aux "enquêteurs criminels et aux journalistes d'investigation" d'aborder selon l'architecte).

Sur Youtube et en l'espace de deux mois, la vidéo de l'entretien a déjà suscité l'intérêt de près de 400 000 internautes.

Sans plus attendre, Panamza vous propose aujourd'hui d'apprécier la teneur de l'entretien sous-titré et mis en ligne mercredi dernier par l’association.

 

 

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 16:54

 

 

Vu sur :  link

 

Je ne cesserai jamais de répéter que l’Islande est LE pays à prendre en exemple,même s’il est complètement ignoré des médias, s’il est loin ou quelle qu’en soit la raison pour ne pas en parler, c’est le pays à suivre! Payer pour les banques? Même pas en rêve, là bas ils ont été emprisonnés! Sauver les banques? Elles ont été nationalisées. Quand à la croissance actuelle, elle se porte au mieux.


Islande a terminé l’année 2011 avec une croissance économique de 2,1% et selon les prévisions de la Commission européenne, elle va faire le triple du taux de croissance attendu pour l’UE en 2012 (La croissance de l’UE est prévue à 0,5% en 2012 contre 1,5% en Islande). Pour 2013 la croissance devrait atteindre 2,7%, principalement à cause de la création d’emplois. L’Islande est le pays qui a nationalisé les banques privées et qui a emprisonné les banquiers responsables de la crise.L’Islande a été le seul pays européen qui a rejeté par un référendum citoyen le sauvetage des banques privées, laissant s’effondrer certaines d’entre elles et jugeant de nombreux banquiers pour leurs crimes financiers.

Pendant ce temps dans un pays comme l’Espagne, le ministre l’économie qui fut un grand responsable chez Lehman Brothers, a maquillé les soldes bancaires et a gonflé les résultats pour faire croire à une solvabilité du système financier résultant de la déréglementation des marchés mais ce dernier a fini par s’effondrer.

Glitnir, Landsbankinn et Kaupthing furent les banques nationalisées en 2008 pour éviter leur faillite et qui furent placées sous contrôle démocratique, plutôt que de profiter d’injections inconditionnelles de capitaux publics, comme en Espagne ou dans les autres pays européens. En juin dernier, l’une d’elle Landsbankinn, a annoncé son intention de rembourser les intérêts aux détenteurs d’hypothèques pour compenser les citoyens de payer leurs pertes.

La révolte pacifique a débuté en 2008, sans que celle-ci soit décrite dans les pages des grands médias européens, qui ont mentionné dans des notes en bas de page que ce pays était un dangereux exemple à suivre. À la fin de 2008, l’ensemble des dette de l’Islande égalait à 9 fois son PIB. La monnaie s’est effondrée et la Bourse a suspendu ses activités après une baisse de 76%.

Le pays a fait faillite et a ensuite reçu un prêt de 2 100 millions de dollars du FMI et 2 500 millions de dollars provenant des pays nordiques et de la Russie. Le FMI, comme d’habitude, a exigé, en échange des mesures « d’ajustement » soit des coupures dans les dépenses sociales qui ont provoqué la colère de la population, la chute du gouvernement et la convocation d’élections anticipées au début de 2009 dans lesquelles la gauche a remporté la majorité absolue et provoquant l’effondrement du Parti de l’Indépendance, un parti conservateur, qui était traditionnellement la force dominante dans le pays, qui n’a conservé que 23,7% des voix.

Le Mouvement Gauche-Vert a gagné 21,7%, Alliance sociale-démocrate 29,8%, le Parti progressiste 14,8% et Mouvement des citoyens 7,2%.

Johanna Siguroardottir a été choisi pour diriger le gouvernement réunissant des sociaux-démocrates, et les écologistes de gauche. En 2010, on a mis sur pied une assemblée constituante de 25 membres, des « citoyens ordinaires » pour réformer la Constitution. Cette même année, le gouvernement a soumis à un référendum sur le paiement ou non de la dette contractée par les banques privées en faillite au Royaume-Uni et dans les Pays-Bas, mais 90% des gens ont refusé de payer.

Ses citoyens ont voté non à cause de l’effondrement de la Banque Icesave et les gouvernements de ces pays couvrent les dépôts à capitaux publics. Le FMI a gelé les prêts en espérant que l’Islande finirait par payer ses dettes illégitimes.

En septembre 2010, l’ancien Premier ministre Geir Haarde a été mis en procès pour négligence dans la gestion de la crise. Interpol a également émis un mandat d’arrêt international contre l’ancien président de Sigurdur Einarsson. En avril 2011, les citoyens ont de nouveau dit non à un nouveau référendum sur le paiement de la dette.

Après cela, au mois de décembre la banque Landsbanki a décidé de retourner une partie de la dette. Le montant total des sommes versées par Landsbanki, selon Icenews à 350 milliards de couronnes, soit environ 33% de la dette totale. Pourtant, « les comptes Icesave ne représentent seulement 4% des obligations des institutions financières du pays, soit environ 4000 millions d’euros. 96% restant ne pouvait pas être renvoyé aux créanciers, car il était complètement impossible de le faire parce que le paiements d’intérêts chaque année aurait dépassé les revenus du pays.

Dans les mots de l’économiste Jon Danielsson : « Les (banques) ont accumulé une dette égale à plusieurs fois le PIB annuel. Il n’y a aucune possibilité que les citoyens puissent payer cette dette. »

Il y a quelques jours, les responsable de la Fiscalité en Islande ont inculpé deux officiers supérieurs des banques qui ont commis des fraudes au moyen de prêts non autorisés pendant les opérations qui ont conduit à son système financier à s’effondrer en 2008 : l’ancien PDG responsable de la faillite de Glitnir, Larus Welding et le responsables des finances de l’entreprise, Gudmundur Hjaltason. Ils auraient abusé de leur position pour fournir environ 102 millions d’euros sans la permission, sans garanties de la part des bénéficiaires et sans avoir consulté le département de gestion des risques.

Les agences de notation Moody, Standard & Poor et Fitch font pression pour punir l’endettement sans grand succès et toujours en essayant d’ignorer la reprise économique dans ce pays. Par ailleurs, en 2008, quelques mois avant l’effondrement de ses banques, le pays jouissait encore de la cote triple A donnée par ces mêmes organismes.

* Journaliste.  Www.contralatortura.cl Dispatch

Source : Actualutte via leveil2011

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 11:39

Vu sur : http://www.999spiritus.org/

Théorie du genre à l’école : Le Conseil d’Etat émet un avis négatif sur le soutien de la Ligne Azur par l’Education Nationale. Farida Belghoul prise à partie par ses adversaires.

C’est une nouvelle victoire qui s’annonce pour la courageuse Farida Belghoul et le Mouvement pour la Vérité concernant la dissémination pernicieuse et la Théorie du Genre inculquée à marche forcée dans la tête de nos petites têtes blondes, rousses ou brunes !

Le rapporteur du Conseil d’Etat a vertement critiqué la décision des pontes de l’Education Nationale de soutenir la fameuse Ligne Azur, cette ligne LGBT à destination des enfants au contenu totalement déplacé, sulfureux et scandaleux, que nous avions évoqué par le passé dans notre précédent site web.

ligneazur-tomberlaculotte

<< L’Education nationale a fait preuve de « légèreté » en soutenant la campagne de la Ligne Azur, qui répond, mais de manière « critiquable », aux interrogations des jeunes sur leur orientation sexuelle, a estimé mercredi le rapporteur public du Conseil d’Etat. >>, a rapporté le rapporteur du Conseil d’Etat, cité par l’Express.

Le rapporteur public a dénoncé le 24 septembre une atteinte à la morale publique de la Ligne Azur

Cette association militante porte selon lui atteinte aux principes de neutralité de l’École et de liberté de conscience. Elle milite par exemple pour l’ouverture de la PMA aux paires de lesbiennes. Mais surtout, chose rare, le rapporteur a dénoncé une atteinte à la morale publique. La Ligne Azur présente en effet la pédophilie ou encore l’usage de la drogue, sans les condamner. Une brochure destinée aux enfants, élégamment appelée « Tomber la culotte », toujours disponible sur le site du Planning familial, est également épinglée par le rapporteur public en ces termes : « Elle fait l’apologie du sadomasochisme et du libertinage, dans des termes que nous ne saurions reprendre dans cette enceinte… On peut s’interroger sur la légèreté du ministre qui a recommandé ce site auprès de jeunes de 11 ans. Comment ne pas comprendre que des parents ou des enfants puissent être choqués ? »

Malheureusement, avec l’actuelle Ministre de l’Education nationale NVB promue suite à son soutien appuyé au Mouvement LGBT, il est à craindre que cette injonction du Conseil d’Etat – mise en délibéré – ne fasse choux blanc et soit détournée par toutes sortes de subterfuges et de stratagèmes bien connus des observateurs indépendants des réseaux occultes qui ont infiltré le mammouth.

Le + de 999SPIRITUS

Une bataille est gagnée, mais pas encore la guerre.

Contre-attaque ignominieuse portée contre Farida Belghoul

A noter que les belles victoires de Farida Belghoul face au Mammouth sous influence lui valent des attaques de plus en plus ignominieuses, tout comme celles portées à l’encontre du Mouvement pour la Vérité en général, puisque le site ultra-sioniste RDJ (dirigé par le milliardaire philosophe BHL) l’accuse ni plus ni moins dans un article belliqueux et ad hominem fraichement publié d’avoir viré sa cuti (pour rappel Farida Belghoul est mère de 3 enfants)… et ni plus ni moins de gérontophilie avec une « vieille dame » de 91 ans (sic) !

Et pourquoi pas de nécrophilie pendant qu’ils y sont ?

Dans un registre tout aussi poisseux, le terroriste ultra-sioniste Ulcan, pas recherché par toutes les polices de France pour des suspicions de crimes et délits et de troubles incessants à l’ordre public, n’avait-il pas déjà démontré ces derniers jours à quel point certains réseaux constitués n’ont aucune compassion ni aucune limite à leurs tactiques agressives pour parvenir à leurs fins ?

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 11:35

Des lesbiennes portent plainte parce que le bébé PMA est… noir.

Capture d’écran 2014-10-02 à 19.44.51Jennifer Cramblett et Amanda, sa partenaire, avait décidé d’avoir un enfant.

Le catalogue du Midwest Sperm Bank de l’Ohio laissait le choix, elle ont flashé sur le donneur 380, un bel homme blanc. Le donneur, parce que Jennifer insiste, la petite fille n’aura pas de « papa ». La commande est faite par téléphone.

Lorsque les 6 fioles de spermes sont arrivées chez les deux femmes, à 400$ l’unité, elles étaient toutes « heureuses », persuadées d’avoir très vite l’enfant de leurs rêves. Aucune des deux ne fait attention au fait que les fioles ne portent pas le numéro 380 mais le numéro 330…

Mais une fois que Jennifer est inséminée et enceinte, les deux lesbiennes décident de prévoir déjà le second… Elle téléphone de nouveau à la banque de sperme et demandent « le même ». Six nouvelles fioles arrivent, cette fois avec le numéro 380.

Avant même que sa première petite fille ne naisse, Jennifer réalise l’erreur et confie être envahie de « colère, de déception et de peur » parce que le facteur « racial » allait se révéler à la naissance, le numéro 330 étant en fait un donneur… noir.

Jennifer a donc porté plainte et réclame des dommages et intérêts. Elle confie aimer énormément la petite Payton mais exige réparation.

 

Elle ne se contente pas du remboursement des six premières fioles que la compagnie lui a adressé aussitôt l’erreur révélée. Jennifer se fondera sur une « violation de garantie » et  plaidera également la « naissance injustifiée ».

Après tout, comme l’a exprimé son avocat, « ce n’est pas comme si elle avait commandé une pizza ».

Quand un enfant devient payant et cher, les « parents » exigent nécessairement la « perfection » et d’être garantis ou remboursés, nous avions prévenus.

Quand à cette jeune femme très à cheval sur ses racines, que dire…  Quand on achète du sperme, que l’on fabrique son enfant dans un laboratoire et grâce à une pipette, et qu’on le prive de père, on évite de se réveiller tout à coup sur l’importance des racines, l’hypocrisie est bien trop atroce. Si elle avait pris le soin de respecter la nature, elle aurait découvert qu’un homme et une femme blancs ont naturellement des petits… blancs.

L’histoire est atroce, et ce n’est que le début.

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 12:49

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 15:36

 

Etienne Chouard et François Asselineau invités sur France 2 : à quoi joue l’oligarchie?

 

francois-asselineau-etienne-chouard-300Après la participation d’Etienne Chouard à l’émission  « Ce soir ou jamais » vendredi 5 septembre, c’est au tour de François Asselineau, président fondateur de l’UPR, d’être invité sur le service public le 20 septembre. Et pas n’importe où, puisqu’il s’agit du grand talk show du samedi soir qui réunit chaque semaine entre 1,5 et 2,5 millions de téléspectateurs. C’est donc une belle fenêtre de tir qui s’ouvre à des idées normalement interdites d’antenne. Comment expliquer cette débauche de liberté dans un univers habituellement si hermétique aux opinions non labellisées UE ? Autant Frédéric Taddéi a maintes fois prouvé qu’il était ouvert aux libres penseurs, autant la séquence politique de « On n’est pas couché » est très largement réservée aux partis qui défendent bec et ongles le système ultra-libéral et néo-conservateur en place.

Quelle mouche a donc piqué l’oligarchie française ? Ou plutôt quelle est la stratégie poursuivit par cette apparente liberté de ton de France télévisions ? Je soumets ci-après quelques pensés personnelles qui ne prétendent pas être des vérités révélées, il s’agit d’explorer des pistes de réflexion que chacun pourra reprendre, contredire, débattre, juger risibles ou dignes d’intérêt.

Le premier but non avoué est d’entretenir l’illusion de la démocratie, en présentant de temps en temps des idées qui sortent du cadre autorisé.  En effet, la plus grande peur de l’oligarchie est que les français comprennent l’arnaque absolue du système médiatique. Car un citoyen qui s’extrait de la manipulation des grands médias devient alors un homme libre et donc un danger pour le système en place. Libre de réfléchir, de faire ses propres choix, d’imaginer un autre monde et de comprendre qui est son véritable ennemi. Celui qui se libère de la prison mentale dans laquelle il meurt à petit feu se rend rapidement compte que les problèmes de la France ne sont ni les chômeurs, ni les fonctionnaires, ni les musulmans, ni les catholiques ni quel-qu’autre bouc émissaire prêt à l’emploi, mais bel et bien ceux qui organisent notre division. Déjà, à son époque Jaurès dénonçait la perversité de la classe bourgeoise dont l’énergie s’employait à monter les paysans contre les ouvriers et les ouvriers contre les paysans.  Cent ans plus tard se sont toujours les mêmes procédés qui permettent aux ultra-riches de se maintenir au sommet d’une pyramide dont les étages inférieurs s’enfoncent de plus en plus dans une boue informe, mélange immonde du désespoir des chômeurs français et du sang des enfants palestiniens.

Le second but pourrait être l’affaiblissement d’un Front national qui monte à toute vitesse au point d’être aujourd’hui le premier parti de France si l’on se réfère aux dernières élections ainsi qu’aux derniers sondages. Le chômage de masse, la faillite des officines politiques du pouvoir bancaire dites de gauche et la montée de l’anti-islam orchestrée par les médias ont poussé beaucoup de nos concitoyens dans les bras du Front National, désigné comme unique alternative par ceux qui tirent les ficelles. Il est probable que si l’on montrait aux français une autre voie que le Front National, ceux de ses électeurs non islamophobes seraient tentés de l’emprunter. Car il devient en effet de plus en plus difficile, après la sortie de Marine Lepen sur la LDJ et celle d’Aymeric Chauprade sur la politique étrangère au Moyen Orient, de ne pas voir que le Front National est aujourd’hui un fer de lance de la doctrine du choc des civilisations théorisée par les néocons.

Et c’est sur ce point précis que doit se préparer François Asselineau, qu’il doit prouver qu’il est un véritable politique mais aussi un véritable résistant, en ne tombant pas dans le piège qui consistera à le faire dénigrer d’autres lignes dissidentes que la sienne. Car que l’on soit d’accord ou non avec toutes les voies dissonantes, personne ne peut nier qu’aujourd’hui nous sommes trop fragiles pour nous permettre une quelconque division que nos adversaires ne manquerons pas de provoquer. Il ne s’agit pas de passer sous silence des désaccords politiques, mais ce serait une erreur de tenter des marquer des points auprès de l’oligarchie en ralliant docilement les chasses à l’homme entreprises par les chiens de garde d’un système à l’agonie. Car nous aurons besoin de toutes les forces vives de la nation pour reconstruire le moment venu et il faudrait compter aussi avec ceux dont on ne partage pas forcement toutes les idées. Que l’on se sente plus proche d’un idéal communiste ou d’un idéal gaulliste, force est de constater que le consensus de ces deux mouvements ont apporté à la France les plus années du XXème siècle, et que 40 ans plus tard les charognards de la French American Foundation et autres organisations supranationales n’ont toujours pas fini de dépecer le monde du CNR tant les acquis obtenus pendant cet age d’or ont été importants. Aussi François Asselineau devra marcher sur des œufs et ne pas se laisser embarquer à détruire involontairement le lien encore fragile qui unis les hommes de bonne volonté. C’est là que chacun pourra juger de son habileté politique, de sa capacité à se sortir d’un discours imposé, et de sa véritable volonté de rassemblement.

Baptiste Mannaia

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 08:58

L'Arnaque de la cionstruction européenne...

 

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 20:23

Vu sur : http://www.lelibrepenseur.org/2014/08/18/la-police-francaise-aux-ordres-de-tel-aviv/

link

 

Tiens, j’aimerais vraiment connaître l’avis de Marine et celui d’Aymeric sur cette affaire honteuse et humiliante ! Il est clairement établi qu’en France, le lobby sioniste peut enclencher une procédure abusive mettant en jeu l’artillerie lourde afin de protéger des criminels de guerre, assassins d’enfants. C’est une énième preuve du complot pour ceux qui savent voir. Si quelqu’un dispose de l’identité de ces 6 crapules sionistes, je les diffuserai avec plaisir sur cette page. Merci.


La « Crim’ » de Lyon fait une descente …pour une page Facebook !

« Vous reconnaissez avoir publié une liste de Français engagés dans l’armée israélienne ? »

ho_prod-d7ad9Ce matin du 7 août dernier, Hassan M.*, venait à peine de glisser dans les bras de Morphée, après une nuit de travail. Soudain, un bruit violent résonna dans son appartement. Le son provenait de la porte d’entrée, et les coups se faisaient insistants. Encore sonné par son réveil en sursaut, Hassan se dirigea vers la porte et regarda par l’œil de bœuf. Il demeura, un moment, stupéfait : un groupe de six personnes en civils se tenait fermement sur le palier. Une sombre idée lui traversa alors l’esprit : « Et si c’était la LDJ ? » 

Depuis quelques jours, en effet, Hassan n’arrêtait pas de recevoir des menaces de représailles sur la page Facebook de H&O Production, l’association dont il est président et qui regroupe des vidéastes amateurs. En fait, son harcèlement a commencé quand il a publié une liste nominative de cinq Français engagés dans l’armée israélienne, et participant à l’actuelle opération « Bordure protectrice ». Hassan avait constitué cette liste sur la base d’informations diffusées en mode public par les protagonistes eux-mêmes sur les réseaux sociaux.
Surmontant sa première crainte, Hassan ouvrit la porte, pour être aussitôt stupéfait. « Police criminelle ! », entendit-il. Et, avant même qu’il eut le temps de réaliser ce qui se passait, on brandit sous son nez une carte officielle tout en pénétrant « en force » dans son domicile.
– « Vous savez pourquoi on est là ? », lui lança l’officier femme (en fait une capitaine) qui semblait diriger les opérations.
– « Heu, pas vraiment…
– Aujourd’hui, on se déplace pour une page Facebook », expliqua l’un des policiers.
Hassan fut choqué. Lui, qui n’a jamais eu affaire à la police se retrouvait soudain face à la brigade criminelle, pour une page Facebook… Incompréhensible ! Les questions fusèrent :
– « Vous êtes-bien l’administrateur de la page H&O ?
– Vous reconnaissez avoir publié une liste de Français engagés dans l’armée israélienne ?
– Vous savez quelle est la fonction d’untel ?
– Comment vous-êtes vous procuré ces informations ? Par piratage ? »
Gardant son calme, Hassan s’expliqua, pensant ainsi mettre fin à ce qui lui semblait être un grand malentendu :
– « Je suis un passionné d’informatique et je ne travaille qu’avec des données collectées sur des open sources, des informations en accès libre. Alors, quand M. Caseneuve, le ministre de l’Intérieur a parlé de poursuivre en justice les ressortissants français partant combattre hors du territoire, en insistant sur les djihadistes en Syrie, il m’est apparu évident que je devais faire un parallèle avec les Français qui s’engagent dans l’armée israélienne pour participer à l’opération « bordure protectrice. »
Pas étonnant ! Comme beaucoup de citoyens, Hassan a été heurté par la déclaration partiale du ministre. Il a en mémoire les images des corps déchiquetés des Gazaouis qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux. Et celles des vidéos mises en ligne publiquement par des Français engagés dans les rangs de Tsahal, et dans lesquelles certains d’entre-eux se vantent de leurs exploits sanglants. Hassan réagit donc en utilisant l’outil d’information qu’il a entre les mains : la page Facebook de son association qui compte des milliers d’abonnés. Juste par souci d’équité ! Après tout, les poursuites judiciaires brandies par le ministre ne doivent-elles pas s’appliquer à tous les Français, sans distinction ?
Pour toute réponse, la capitaine lui présenta, avec insistance, un document à signer, afin de pouvoir perquisitionner le domicile. Ce qui est courant lors d’une enquête préliminaire. Mais Hassan refusa de ratifier le document en question et demanda à contacter, à plusieurs reprises un avocat. Il ne comprenait toujours pas ce qu’on lui reprochait et refusait d’être traité comme un terroriste. Rien ne justifiait en effet une descente de la brigade criminelle… encore moins pour une page Facebook ! Et comme pour dissiper le malaise qui s’était installé, l’un des policiers lui dit clairement que « l’ordre (venait) de hautes sphère »… Finalement, au bout de trois quarts d’heure de « négociations » infructueuses, Hassan fut embarqué pour l’hôtel de police du 8ème arrondissement de Lyon, où on lui énuméra ses droits avant de le mettre officiellement en garde à vue. Pour se rassurer, il demanda à voir un médecin.
Durant la journée, Hassan a été auditionné, cette fois en présence de son avocat, Me Stephen Duval, l’un des associés de Me Gilles Devers dont le cabinet a déposé une plainte contre Israël, le 25 juillet dernier, devant la Cour Pénale Internationale. Puis, vers 16 heures, Hassan fut embarqué pour son domicile. Un mandat de perquisition venait d’être délivré par le parquet de Lyon. En vertu de l’article 226 alinéas 19 et 22 relatifs à la protection de la vie privée des personnes.
Tout son matériel de travail fut saisi : son poste informatique de montage vidéo, son ordinateur portable, ses disques durs externes et ses cartes mémoires, son appareil photo et même son téléphone mobile.
De retour à la « Crim’ », Hassan a subi un second interrogatoire, plus inquisiteur. Son matériel avait été ouvert, son répertoire téléphonique passé au peigne fin. Les questions se firent donc plus précises, toujours orientées vers le même objectif : trouver une preuve de délit.
– « Comment avez-vous obtenu ce « twit » de Tsahal ?
– C’est juste un copié-collé effectué sur une page publique !
– Et cette liste, dans votre répertoire, avec « Mokhtar » après chaque nom ?
– Mokhtar ? C’est pour me souvenir que j’ai rencontré ces personnes lors des « Mokhtar Awards », un prix décerné chaque année à la meilleure vidéo ! »
Inlassablement, Hassan répondit précisément à toutes les questions. Sa démarche était claire : offrir à ses abonnés une information plus proche de la réalité concernant l’agression israélienne de Gaza, y compris sur ses retombées dans le débat français, sans plus. Et en bon modérateur, il a même pris soin de veiller à la civilité des discussions, bannissant tous les commentaires virulents ainsi que leurs auteurs, qu’ils soient partisans d’Israël ou de la Palestine. Quant à cette accusation « d’importer le conflit en France »… Tout simplement absurde ! A moins d’être parano et de considérer qu’ouvrir le débat sur nimporte quel conflit dans le monde faisant la Une de l’actualité risque de l’importer chez nous. Jusqu’à preuve du contraire, la France est encore une démocratie où la liberté d’expression, même encadrée, est garantie par la loi ! [...] Lire la suite ici.

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 21:29

Voilà un scientifique qui explique, preuve à l'appui, que l'idée du réchauffement climatique dû à l'activité humaine est un enorme mensonge.

Pourquoi un tel mensonge ? Encore et toujours pour le fric.

L'idée du réchauffement permet de créer de nouvelles taxes ( taxe carbone ) mais surtout, il limite le développement des pays sous développés ou en voie de développement.

Le discours est : " Si vous vous industrialisez davantage vous allez accélerer le réchauffement et précipiter le monde vers  le chaos"

En clair, les pays industrialisés ne veulent pas de concurrence!!!!

 

 

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article