Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 18:01

Le Réseau Voltaire vient de publier une photo particulièrement troublante et de révéler des éléments d’information particulièrement lourds de sens concernant le « journaliste » Paul Conroy envoyé en Syrie, et récemment exflitré de Homs dans une cacophonie médiatico-politicienne rarissime, dans une vaste opération ratée qui faisait intervenir des journalistes, des agents secrets et des émissaires de l’Etat français (et d’autres pays atlantistes), un ratage qui a par ricochet passablement égratigné l’entrée en candidature officielle de Nicolas Sarkozy à sa succession.

Voici reproduit en intégralité cet article (libre de droits) du Réseau Voltaire :

Conroy en compagnie amicale de terroristes d'Al Qaïda, agents de la CIAIllustration : Paul Conroy avec des terroristes d’Al Qaïda, agents de la CIA (selon le gouvernement Irlandais entre autres sources officielles) – Source : Réseau Voltaire

<< Le « journaliste » Paul Conroy, agent opérationnel du MI6

Présenté comme reporter photographe au Sunday Times, Paul Conroy, qui vient de s’échapper de l’Émirat islamique de Baba Amr, est un agent du MI6 britannique.

Sur cette photo, on le voit en Libye (en gilet pare-balles bleu) avec les dirigeants d’Al-Qaeda : à sa droite Mahdi al-Harati (en gilet pare-balles noir) et Abdelhakim Belhaj (en vareuse camouflée).

Mahdi al-Harati a épousé une Irlandaise et a vécu à Dublin. Paul Conroy est Irlandais du Nord, élevé à Liverpool.

Selon l’ancien Premier ministre José Maria Aznar, Mahdi al-Harati est toujours recherché en Espagne pour son implication dans les attentats de Madrid du 11 mars 2004.

En 2010, avec une barbe plus soignée et la couverture d’une ONG, Mahdi al-Harati était infiltré par le MI6 au sein de la « Flottille de la Liberté » qui tenta d’apporter de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mahdi al-Harati dirigeait la brigade d’Al-Qaeda qui assiégea l’hôtel Rixos de Tripoli, en août 2011. Selon Khamis Kadhafi, il était encadré par des instructeurs français. Selon une source militaire étrangère de très haut niveau, al-Harati avait reçu pour mission de l’OTAN de capturer les dirigeants libyens réfugiés dans une facilité secrète de l’hôtel, et d’assassiner dans l’hôtel l’ex-congressman et assistant de Martin Luther King, Walter Fauntroy. Il devait aussi éliminer les deux collaborateurs du Réseau Voltaire Thierry Meyssan et Mahdi Darius Nazemroaya qui résidaient à l’hôtel Radisson, où al-Harati installa son centre de torture. Cette décision avait été prise lors d’une réunion restreinte au commandement de l’OTAN à Naples quelques jours plus tôt. Le compte-rendu fait mention de la présence à cette réunion d’Alain Juppé. Interrogé à ce sujet, son secrétariat dément toute participation du ministre français des Affaires étrangères et indique qu’il était en vacances à cette date.

En octobre 2011, Mahdi al-Harati a mis en scène en Syrie, un village témoin situé dans la montagne à la frontière turque. Durant deux mois, il y a reçu des reporters occidentaux pour leur vanter la « révolution » syrienne. Le village est habité par une tribu qui était rémunérée pour jouer des manifestations et poser pour la presse. Al-Harati y a notamment reçu Paul Moreira de Canal Plus et Édith Bouvier du Figaro.

• Abdelhakim Belhaj est le bras droit d’Ayman al-Zawahiri, et l’actuel numéro 2 d’Al-Qaida. Bien qu’il soit officiellement toujours un des criminels les plus recherchés dans le monde, il a été promu par l’OTAN gouverneur militaire de Tripoli.

Abdelhakim Belhaj dispose d’un titre de résident au Qatar.

Abdelhakim Belhaj a effectué récemment plusieurs séjours en Turquie, où il a disposé d’un bureau sur la base de l’OTAN à Incirlik, et en Syrie où il a infiltré plusieurs groupes jusqu’à atteindre un total de 1 500 combattants. Selon Ayman al-Zawahiri, ses hommes ont notamment perpétré les attentats de Damas et d’Alep.

Son organisation, le Groupe islamique combattant en Libye, a fusionné avec Al-Qaeda mais figure toujours sur la liste des organisations terroristes du Département d’État US et du Département de l’Intérieur Britannique.

En s’associant à des terroristes reconnus, Conroy tombe sous le coup de la loi à la fois aux États-Unis et au Royaume-Unis pour soutien ou association à un groupe terroriste. Il encourt 15 ans de prison, sauf à faire valoir son immunité en excipant de sa qualité d’agent de Sa Majesté. >>

Notre avis

Ce sont des informations très étayées et potentiellement explosives, qui si elles se confirment (chacun et chacune est invité à googler les informations publiées pour les recouper avec les faits évoqués) montrent que la presse serait largement impliquée dans le complot mené en Syrie, ce qui ferait porter des accusations très graves sur la presse occidentale, déjà largement décrédibilisée dans les récents conflits passés.

Pire, cette double appartenance jetterait la suspicion sur l’ensemble des reporters de guerre et des journalistes dans les conflits armés, mettant en danger la vie de tout reporter devenu une possible cible engagée…

Mais comme toujours à chacun et chacune de se forger sa propre opinion !

Partager cet article

Repost 0
Published by ainsi - dans actualités
commenter cet article

commentaires