Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 20:27

soleil vertEuthanasie et régulation de la démographie

 

Les plus jeunes ne connaissent pas Soleil vert, un film dans lequel la surpopulation est la ruine de l'humanité. Des vieux allongés dans une salle tranquille, se font piquer et meurent en regardant un film qui montre la beauté de la nature avant....Avant que l'homme ne détruise tout.  Hé bien ça y est on y arrive à l'euthanasie!

 

Tiré de l'article de Solidarité et Progrés   link

 

" Aux Etats-Unis une nouvelle régulation entrera en vigueur dès le 1er janvier 2011, accordant des incitations financières aux médecins qui, sous prétexte d’une planification de fin de vie, réussiront à persuader autant de patients que possible de renoncer à des soins essentiels à leur survie.

 

En Allemagne, le 66e Congrès annuel de l’Association allemande des juristes a pour sa part adopté la position que « l’aide à mourir » apportée par un médecin à son patient était non seulement permissible légalement, mais même une forme tout à fait éthique de traitement en fin de vie.
Le Président de l'ordre des médecins,  le professeur Joerg Dietrich Hoppe, veut libéraliser le code de déontologie médicale en ce sens et même en faire le thème de la prochaine rencontre annuelle de l’Association des médecins.

 

Le docteur Leo Alexander, l’un des plaignants pour les parties civiles au procès de Nuremberg, où étaient jugés seize nationaux-socialistes tenus pour responsables d’avoir joué un rôle de premier plan dans l’extermination de masse d’êtres humains considérés par le régime hitlérien comme des bouches inutiles, a mis en lumière en 1949, à peine trois ans après le verdict du Tribunal, le cœur des arguments philosophiques ayant conduit à de tels crimes.

Il décrivit l’utilitarisme, une doctrine élaborée par Hegel et Bentham, dont la mise en pratique conduisit à traiter des groupes de plus en plus importants de la population comme du simple bétail et à les tuer, les accusant d’accaparer trop de ressources de la société ou d’être indésirables d’une façon ou d’une autre. Des centaines de milliers de citoyens allemands, sans parler de millions d’autres pays, furent envoyés à la mort sur la base de ce principe. Durant ces dernières décennies, la croyance en cette doctrine utilitariste – très souvent présentée comme du pragmatisme – a relevé la tête aux Etats-Unis et en Europe et joue désormais un rôle central dans la politique de santé. Le Dr Alexander a averti aussi que cette doctrine représente une véritable pente glissante conduisant inexorablement à de graves dérapages : « Quelle que fût l’ampleur des crimes perpétrés par les nazis, il est apparu clairement à tous ceux qui les ont étudiés qu’ils ont commencé par de petites choses. Au début, il ne s’agissait que de subtils changements d’attitude chez les médecins. Cela a commencé par la notion – essentielle à l’euthanasie – qu’il existe quelque chose comme des vies ne méritant pas d’être vécues. Initialement, ce terme ne s’appliquait qu’aux personnes souffrant de maladies incurables et chroniques. Pas à pas, on ajouta à cette catégorie les socialement non productifs, les racialement indésirables et, finalement, tous les non-allemands. Ainsi, il est essentiel de préciser que la nouvelle attitude envers les malades incurables fut le déclencheur infiniment petit d’un changement de mentalité global. C’est donc ce subtil changement d’attitude des médecins qu’il faut examiner à fond. » "

  

  

On commence par ne plus soigner les vieux pauvres, puis les vieux moins pauvres, puis les chômeurs, les délinquants...Tous les non-rentables au système. 

Ne restera alors comme prévu que deux classes, les élites et des esclaves en bonne santé.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires