Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 21:02

publié dans la rubrique DOSSIERS SPIRITUS le 16 mai 2015

<< L’analyse approfondie de la pédagogie actuelle, utilisée dans nos écoles depuis les années 60, est consternante ! Elle ne s’adresse qu’à la moitié du cerveau de nos enfants ! En effet, tous les exercices de lecture, d’écriture et de calcul qui leur sont proposés ne font appel qu’à leur hémisphère droit, visuel, spatial et analogique. Et l’on prend soin d’éviter au maximum tout passage par l’hémisphère gauche. Or cela est fort dommageable car justement, le « cerveau gauche » est celui de la parole, de l’analyse, de la réflexion et de la conscience ! En fait, on apprend aux enfants à lire, écrire et compter par des repérages formels, visuels, auditifs, avec un fonctionnement analogique binaire, vrai-faux, comme celui des ordinateurs. Et on ne leur demande surtout pas de chercher du sens !

Pour les visuels, c’est à dire 5% de la population, cela ne les empêche pas d’avoir de bonnes notes à l’école. Pour les kinésthésiques, très majoritaires, si leur raisonnement analytique n’est pas construit (en dehors de l’école) ils s’effondreront tôt ou tard, sans mémoire à long terme, ou par effet de saturation. Et le pire sera subi par les auditifs, c’est à dire 25% de la population, qui bien qu’ils soient très vifs et particulièrement doués pour le langage dans leur petite enfance, se verront muselés à l’école et incapables de lire et écrire correctement, d’où le cortège exponentiel des dys… dyslexiques, dysorthographiques, dyscalculiques… Car les auditifs ont absolument besoin de passer par le l’hémisphère gauche : ils ont tout simplement besoin de comprendre pour apprendre. Et le système actuel les oblige (eux et tous les autres) à apprendre sans comprendre !

Où veut-on donc nous entrainer ? Les consultations chez les psychologues, psychiatres et thérapeutes en tous genres explosent ! Car comment peut-on vivre sans comprendre ? Comment tenir dans une vie qui n’a pas de sens ?

Les enfants, et les jeunes, n’ont d’ailleurs pas le loisir de se poser ces questions, car le retour sur soi et proscrit : Dans l’enseignement actuel, le « je » est évité au maximum, parfois même interdit, et ce au profit d’un « on » vague et général. Pourtant le « je » est indispensable pour construire l’identité ! Cela pourrait expliquer que tant de jeunes disent « flotter », être comme à l’extérieur d’eux-mêmes, et souffrir d’un insupportable sentiment de vide, qu’ils tentent désespérément de remplir par leurs écrans, écouteurs et réseaux…

Mais le système scolaire n’en a cure ! Pourtant les enseignants font souvent preuve de bonne volonté et essaient d’appliquer au mieux la pédagogie à laquelle l’Education Nationale les a formés… mais justement le problème, dont la plupart n’ont pas conscience, c’est précisément cette pédagogie ! Aux Etats-Unis, on l’appelle « pédagogie du cerveau droit », et ses objectifs transparaissent clairement : établir des connexions fortes entre l’oeil, l’oreille et la main ; accélérer la vitesse de réaction face à une stimulation visuelle ou sonore externe. Et tout cela dans le respect strict et absolu de la consigne qui ne pourra jamais être remise en cause, car le cerveau gauche de l’analyse, de la réflexion et de la conscience a été soigneusement déconnecté.

Ne se rapproche-t-on pas là dangereusement du fonctionnement des robots ?

Partager cet article

Repost 0
Published by ainsi
commenter cet article

commentaires